Choisir ses composants PC - CPU, carte mère et graphique, RAM - partie 1

Publié le 13 Septembre 2019

 

Se monter un PC a un coût et forcément quand on décide d'un budget max, il est normal de vouloir ce qu'il y a de mieux rapport qualité/prix, performance. Mais comment bien choisir ses composants selon l'utilisation dédiée de son ordinateur. Pour cela, deux méthodes, la première, les fameuses "configurations du moi" et la seconde méthode, par comparaison.

 

Configurations du moi ou assembleur

Elles ont beaucoup d'avantages et d'inconvénients. La majorité des sites d'informatiques en propose, et même certains Youtubeurs spécialistes tech.

 

  • Avantages

Elles sont pratiques, car il suffit de choisir la bonne catégorie (bureautique, multimédia, gaming...) et de suivre à la lettre ou presque les composants recommandés. Quand on ne s'y connaît pas suffisamment, cela aide énormément. Surtout si l'on ne suit pas l'actualité des nouvelles technologies régulièrement.

 

  • Les inconvénients

Ils sont multiples et les rendent parfois caduques. Un choix de composants reste un choix où beaucoup d'aspects rentrent en compte, l'affinité du journaliste, du Youtubeur ou encore bloguer, pour une marque précise, les partenariats passés avec un site de vente, un assembleur comme hp, msi, etc. On peut donc et on est en droit de se demander si la configuration proposée est un choix objectif ou subjectif ? Un choix qui n'est finalement guidé que par l'argent, les partenariats ? Il faut aussi se dire que certains de ces composants ne seront pas forcément les plus adaptés pour vous. Il faut bien trouver un compromis pour satisfaire le plus grand nombre de personnes. Plutôt que vous référez à ces configurations clés en main, que vous assemblez par vous-même ou achetez toutes prêtes sur tous bons sites comme Amazon et compagnie. Je vais donc vous donner toutes les cartes en main pour effectuer le choix le plus pertinent, quelle que soit l'époque, demain, dans un, deux ans..., afin de se monter le PC de ses rêves.

 

Méthode par comparaison

En premier lieu, on détermine l'usage principal, au même titre que les configurations du moi. En gros la puissance de son PC ses besoins. Un usage bureautique demande une machine peu puissante, contrairement à une machine dédiée à l'édition vidéo. On choisit donc chaque composant avec le plus grand soin : carte mère, processeur, mémoire RAM... Ensuite vient le choix, oui mais comment faire le bon ? Le plus important est de comparer chaque composant. Puis en se renseignant, en regardant des tests, des comparatifs, s'il y a des défauts majeurs. Certaines spécificités sont à prendre en compte, incompatibilités, etc.

Perdu dans le rôle de chaque composant qui compose un ordinateur, un peu de lecture. Le lien juste en dessous.

  • Le processeur

Processeur

En tout premier le processeur, c'est lui qui détermine quelle carte mère prendre. Deux constructeurs, Intel, le leadeur des ventes et AMD, le concurrent de toujours. Chacune des marques a leurs avantages en termes de performance. En ce moment, Intel se démarque en jeux vidéo, alors qu'AMD est plus véloce en applicatifs, multicœur, Compression vidéo, etc. Mais ce n'est pas un acquis dans la mesure ou AMD à bien rattrapé son retard en performance pure au niveau du jeu vidéo. Un choix à effectuer en fonction de ce que l'on souhaite réaliser comme tâche. Il faut aussi tenir compte du prix. AMD, même si leurs processeurs ont des lacunes, ils ont clairement l'avantage du prix bien plus contenu pour une gamme équivalente. Le haut de gamme, le Ryzen 9 est deux fois moins cher que l’Intel I9. Chaque processeur sa génération, en gros une génération tous les ans. Bien sûr, c'est idem pour la carte mère. Ce n'est pas tout, depuis quelques années beaucoup de modèles on une partie graphique intégrée, Intel de l'IGP pour intégrated Graphic processor, physique. Chez AMD, l'APU pour accelerated processing unit. Bien pratique pour jouer à des jeux ou décoder de la vidéo au format AVC, HEVC, par exemple. Seul AMD s'en sort relativement correctement en jeux pas trop gourmand graphiquement en 720p voir 1080p. Pour Intel, on oublie, le HD Graphics 530 de mon I5 6600,  dépasse difficilement les 30 images par seconde pour le jeu Minecraft en 1080p avec énormément de bâtiments et pack de textures, un jeu pas des plus gourmands de base.

 

  • La carte mère

Carte mère

Ce qui compte, son chipset pour les spécifications plus ou moins évoluées et son socket (prise en français), en gros l'emplacement réservé au CPU. Chaque processeur est compatible avec un seul socket ou générations de chipset.  Un même socket peut être présent sur plusieurs générations sans être pour autant compatible avec les derniers modèles de CPU. Dans certains cas, via une mise à jour du bios, offre la prise en charge de la nouvelle génération de processeur ou autres.

On a d'un côté les cartes mères compatibles Intel et de l'autre, celles pour AMD. Comment s'y retrouver ? Si l'on choisit la dernière génération, la question ne se pose même pas, car la compatibilité est assurée. Si pour une question de budget, on choisit la génération précédente de carte mère, ce n'est pas des plus évident.

Normalement, tous les constructeurs proposent sur la page dédiée aux cartes mères, qui se trouve dans la rubrique support, soit directement, soit dans le PDF du manuel de la carte mère, tout ce qui est compatible en termes de processeurs, RAM, SSD. Si vous avez le moindre doute s'abstenir. C'est pour cela que depuis quelques années tous les sites de vente en ligne ou boutiques spécialisées propose la mise à jour du bios moyennant une certaine somme. Bien évidemment, si le fabricant a bien prévu la prise en charges des nouveaux modèles de CPU, RAM... Autrement, cela ne sert à rien. Le mieux est de toujours prendre la dernière génération pour assurer une bonne compatibilité et éviter toutes déconvenues. D'autant plus que les constructeurs de CPU peuvent brider aux dernières générations de CPU pour des raisons commerciale, plus que d'incompatibilité.

 

  • Autres points importants

Avant de se précipiter sur un modèle en particulier, c'est de vérifier, le type de composants intégrés (Les chipsets) : carte Ethernet 1 gbps, 10 gbps..., norme et nombre de connecteurs USB, surtout le type-c qui est un four-tout et ne garantie en aucun cas d'avoir toutes les spécificités. En gros la génération comme USB 3.2 gen 2 ou USB 4 à venir. Vérifier que la sortie vidéo est compatible, HDMI et DisplayPort, en cas d'utilisation de la partie graphique intégrée. Les VGA et de DVI ne sont pas indispensables. Pour en savoir plus, le lien se trouve plus bas dans l'article.

 

  • La RAM

RAM

La RAM est l’élément déterminant, qui ne doit pas être sous-dimensionnée. Comment dimensionner sa RAM en fonction de son usage, 4, 8, 16, 32 Go... ? Quel type pendre ? Quelle fréquence est la plus adaptée ? Une ou plusieurs barrettes ?

 

  • Quelle quantité ?

C'est la carte mère et le processeur qui détermine la quantité max admissible 32, 64, 128 Go

  • 4 Go : Parfait pour une configuration peu puissante, dont l'usage est de types bureautique, Internet léger, lecture vidéo (DVD, Bluray, Bluray UHD...), audiophile, à condition que le système d'exploitation soit installé sur un SSD pour ne pas ralentir l'ordinateur en cas de manque de RAM. L’inconvénient qui en résulte, la fin de vie prématurée du SSD. Dans les faits, on n'est pas sur une durée réduite de moitié.

 

  • 8 Go : c'est la norme minimale en 2019 pour être tranquille, contrairement au 4 Go, avec moins de sollicitation du SSD. Idéal pour du gaming entrée, moyen de gamme, vidéos, retouches photos de vos jpeg de vacances...

 

  • 16 Go : est le minimum pour retoucher ses raw, se monter une bonne config gaming, montage vidéo en 1080p 60 IPS.

 

  • 32 Go+ : ne sert qu'à l'édition vidéo en UHD, qui demande une grande quantité de RAM comparé à une définition 1080p, en rendu 3D. Tout ce qui est extrêmement gourmand en ressource mémoire vive.

 

  • La génération

C'est le processeur qui détermine la génération de la RAM qui est compatible : en 2019, la DDR 4.

 

  • Nombre de barrettes

Il est déterminé par la carte mère choisie, sous la mention channel (dual ou quad channel) ou de slots (emplacements) disponibles. Pour un modèle dual channel, il veut mieux installer un kit deux barrettes de 4 Go au lieu d'une seule de 8 Go. Ainsi, on augmente la bande passante de la RAM. Le quad channel n'est présent que sur le haut de gamme des cartes mères. Il faut aussi que le processeur le gère. 2 ou 4, voir plus : deux pour le dual channel, pour l’évolution de la quantité en cas de manque. 4 est parfois nécessaire pour assurer une bonne compatibilité avec la carte mère ou grappiller quelques IPS supplémentaires en quad channel. Suivant les spécificités de la carte mère, on peut donc monter 2 à 8 barrettes de RAM.

On peut aussi se contenter d'une seule barrette, ce qui dans le cas du PC audiophile, bureautique..., n'aura que peu d’incidence si on est limité niveau budget.

 

  • La fréquence

La fréquence de la RAM est régie par le processeur et la carte mère. Chaque processeur à une fréquence théorique max qu'il peut supporter. L'I5 9600, DDR4-2666 Mhz, le Ryzen™ 5 3600, DDR4-3200 Mhz. Pour autant, on peut parfaitement utiliser des barrettes plus hautes fréquences en activant le profil Intel XMP ou AMD AMP. Ce qui revient à overclocker la RAM selon un profil prédéfinit. Vu le peu que l'on gagne, cela ne sert, dans la pratique, pas à grand-chose. En jeux, on est de l'ordre de 2-3 IPS de plus entre de la DDR4 2133 - 2800 Mhz. Mais par contre coûte bien plus chère. Si vous vous décidiez tout de même pour l'un de ces kits et que cela fonctionne, c'est parfait, autrement, on reste sur la fréquence de base sans activation du profil dans le bios UEFI. Ce qui est dommage. Il faut également que la carte mère soit compatible. 2666 Mhz est suffisant dans la majorité des utilisations courantes.

  • Les timings

En vérité, les timings (latence) des barrettes, désignés CL ou CAS latency, CL 12, CL 14, CL 16..., ont peu d'incidences sur les performances générales. À choisir entre timings et fréquences élevées, il est préférable de privilégier une plus haute fréquence, que des timings réduits. En théorie plus celle-ci est réduite plus la barrette est réactive.

Pour déterminer ses performances, on divise la fréquence par le CAS de la barrette. Un modèle 2800 Mhz, 1400 Mhz réel, CAS 16, donne 2800/16 = 175 en indice de performance. Une barrette à 2133 Mhz CAS 12 est moins rapide qu'un modèle à 4000 Mhz Cas 17.

 

  • La carte graphique

Carte graphique

La carte graphique sert avant tout à l'affichage d'une image sur un moniteur. Qu'elle soit intégrée ou processeur ou dédiée, plusieurs éléments comme le type de connecteurs présents, la génération du PCI-E, ainsi  que sa capacité à l'accélération matérielle des vidéos. On la choisit en fonction de la définition de son moniteur, des compromis graphique que l'on est prêt à consentir, de l’espace disponible dans le boîtier, ainsi que son système de refroidissement.

 

  • L'entée de gamme

Cette gamme est un peu un non-sens et sert surtout au remplacement en cas de panne ou d'incompatibilité avec les versions futures de Windows. Dans bien des situations, la partie gpu intégrée au processeur est largement suffisant pour un usage bureautique, et même gaming, notamment les AMD Ryzen 3 3200G et Ryzen 5 3400G à 180 €. Le Ryzen 5 3400g est le compagnon idéal pour jouer de façon confortable en 1080p entre 30 à 60 ips avec quelques compromis sur la qualité graphique.

 

  • Définition 1080p, 2160p

Dans l'absolu, si l'on peut se contenter d'un ryzen 5 3400g pour du 1080p, il est préférable de s'orienter sur un modèle dédié moyen de gamme entre 200-350€ de chez Nvidia, les modèles XX50-XX60, ou un modèle équivalant chez AMD. Cette fois-ci point de compromis dans la mesure où la monter en gamme n'est utile que pour les moniteurs à haute fréquence + de 120 i/s. Pour du 60 à 120 i/s, cette gamme est parfaite.

Quant à lui, l'UHD demande obligatoirement un modèle haut de gamme XX80 chez Nvidia ou équivalant AMD pour espérer atteindre les 60 i/s full options graphiques. L'UHD est 4 fois la définition de full HD.

 

  • Accélération matériel

Elle est bien utile pour décoder les vidéos que l'on regarde, comme le AVC-HEVC-VP9 de Youtube... Inutile d'investir dans une carte dédiée. Un gpu intégré suffit. Il devra être à même de décoder le AVC, HEVC, VP8-9 avec la prise en charge du 1080p et UHD/4K, 24, 25, 30, 60 i/s, ainsi que la protection anti-copie HDCP 1.4a et 2.2 Ce décodage est tout indiquée pour les vidéos 1080p 60 i, 1440p 60 i et 2160p 60i à fort taux de bitrate. Utile également si votre processeur n'est pas un foudre de guerre. Du toute façon aucun processeur même haut de gamme n'a la capacité suffisante pour des vidéos UHD à fort bitrate à 60 i. Cela est dû au fait qu'un C PU est moins efficace.

 

  • Les connecteurs

Je vous revois à l'article sur "TN, IPS, VA, comment choisir son moniteur ?", lien ci-dessous, dans la partie qui est consacrée "La connectique". Je ne vais donc pas m'y attarder. Pour la retrouver facilement "CTRL+F ou Commande+F sur Mac" en copiant "La connectique" sans les guillemets dans la zone de recherche qui s'affiche.

Il en existe deux types, analogique (VGA) et numérique (DVI, HDMI, DisplayPort et USB-C). Elle se choisit en fonction de sa définition, des connecteurs présents sur l'ordinateur, et votre usage. Le VGA est de moins en moins utilisé. Elle est surtout là pour la compatibilité avec les cartes graphiques d’anciennes générations et limité au 2048 x 1536p. À la place, on lui préfère le DVI. Trois versions, le DVI-A, qui véhicule un signal analogique, le DVI-D, signal numérique et le DVI-I, analogique et numérique. Ces deux dernières, peuvent être soit mono ou dual-link. En mono, on se contente de 1920 x 1200p à 60 Hz. En dual-link, 2560 x 1600p à 60 Hz.

TN, IPS, VA, comment choisir son moniteur ?

Il faut avant tout bien vérifier que le nombre, le type ainsi que sa version correspond parfaitement à votre moniteur ou TV. Il est préférable d'opter pour la dernière génération de la norme ou la génération minimale pour pouvoir utiliser les spécificités de votre écran en définition, fréquence, synchronisation adaptative G-sync, Free-sync. Attention pour le HDMI, la version 2.1 est incompatible avec les générations précédentes à cause de la protection HDCP 2.2 des contenus UHD.

 

Je vous retrouve pour les prochaines parties qui seront consacrées à l'alimentation et au boîtier, disponible prochainement.

 

Autres parties

Rédigé par pciste

Publié dans #Composants, #Informatique, #Périphériques, #Connectiques

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article