Je vous dis tout sur les casques audio

Publié le 10 Juillet 2020

AKG K430

 

Un casque est l'élément essentiel pour écouter sa musique en nomade, ou encore pour jouer dans de bonnes conditions. On en dit beaucoup sur ce sympathique objet qui trône fièrement sur notre tête. Il y a des vérités et des idées reçus. Dans cet article, je ne vais aborder que les casques filaires Jack ou USB, étant donné que le Bluetooth audio est bien plus complexe.

SteelSeries Siberia v1 Gaming
Deux styles de casque avec deux form factor

 

  • Form Factor

On dispose de deux styles de casques : les circum-aural et les supra-aural. Chacun ont leurs avantages et inconvénients. 

 

  • circum-aural
SteelSeries Siberia v1 Gaming - circum-aural

 

Ce type de casque entour entièrement votre oreille. Ils sont plus isolants et confortables, notamment aux porteurs de lunettes, mais bien plus volumineux et lourds. On les retrouve principalement pour des modèles Hi-fi ou gamer.

 

  • supra-aural
AKG K430 - supra-aural

 

Contrairement aux circum-aural, les coussinets se posent directement sur l'oreille. Ils sont moins isolants, plus léger et moins confortables de base, ou si l'on porte des lunettes. On les retrouve principalement pour des modèles dit de mobilité pour smartphones. Leur énorme avantage, la place réduite une fois repliés.

 

  • Technologies de restitution sonore

Il existe deux technologies de restitution sonore que l'on appelle, casques ouverts ou fermés.

 

  • Les casques ouverts
SteelSeries Siberia v1 Gaming - casque ouvert

 

Ils sont facilement reconnaissables à leur grille d'aération qui leur permet une meilleure scène sonore, autrement dit, une meilleure spatialisation en laissant la musique s’échapper du casque. Il en résulte un son plus vivant, plus riche. Cette spécificité est très prisée des amateurs de Hi-fi et gamers où entendre la direction du son est primordial. Contrairement à l'idée que l'on se fait et qui sert le plus souvent à isoler son entourage de ce que l'on écoute. Ici, c'est tout l'inverse, ce qui peut être gênant, si l'on pousse un tant soit peu le volume.
 

  • Les casques fermés
AKG K430 - casque fermé

 

C'est l'exact opposé des casques ouverts. Leur scène sonore est plus réduite, moins variée. On ne perçoit pas aussi bien toutes les subtilités de la musique écoutée. Ce qui n'en font pas de mauvais élèves pour autant. Au moins, ils ne vont pas déranger. Des casques parfait pour s'isoler de l’environnement bruyant en ville.

 

  • Ses caractéristiques

Impédance, sensibilité, fréquences..., à quoi cela correspond exactement ? Ces caractéristiques ont toutes leurs importances pour une écoute optimale. Elle ne cautionne en rien la qualité au rendu final, juste un bon indicatif. La première que nous allons aborder est la plus importante, car elle cautionne le type d'appareil où le casque sera relié, l'impédance

 

  • L'impédance

C'est la puissance demandée par un casque ou une enceinte pour pouvoir être piloté dans de bonnes conditions. Elle s'exprime en ohms. En gros, c'est la résistance exercée par le périphérique de restitution. Cette valeur commence à 32 Ω et monte à 600 Ω. Pour une enceinte, c'est différent : 4, 6, 8 Ω. Plus cette valeur est élevée, meilleur est le son en théorie, mais demande une pré-amplification importante. Une haute impédance sera réservée au dac, amplis..., qui ont suffisamment de patate en sortie de la prise Jack. Aujourd'hui, beaucoup de constructeurs font le choix de casque moins énergivore. Cela s'explique aussi par le fait de la part grandissante des smartphones qui ont d'une manière générale pas l'amplification nécessaire. Il y a aussi les normes de protection auditive pour ne pas endommager nos oreilles. Finalement, on se retrouve la plupart du temps sur des casques moins gourmands rognant légèrement sur la qualité de restitution. C'est un peu la même chose pour une enceinte au volume réduit par rapport à un modèle énorme qui produira des basses plus percutantes. La plupart des casques se contentent de 32 Ω, la norme, à 100 Ω. De cette manière, on est sûr qu'il sera à même de fonctionner sur n'importe quels périphériques à condition qu'il soit le plus sensible possible.

 

  • La sensibilité

C'est la facilité de fonctionnement du casque en dB. Cette valeur doit être la plus élevée possible. À 100 dB ou le plus proche possible permet de pas se soucier de l'appareil qui va le piloter. Cela évite l’ajout d'un pré-ampli casque. Donc un casque à 32 Ω et une sensibilité 100 dB, on est tranquille. On peut même se permettre jusqu'à 100 Ω pour les modèles les plus sensibles. En dessous des 100 db vers les 96 dB, il devient pratiquement impossible à être utilisé, sauf, bien entendu sur tous matériels ayant une pré-amplification casque suffisante. Généralement, c'est le cas d'un baladeur hi-res, ampli stéréo, home cinéma et véritable carte son ou DAC.
 

  • La diaphonie

Elle est souvent utilisée lorsqu’il s’agit d’exprimer les interférences d’un canal par rapport à l’autre. Elle sert à définir la séparation des signaux d’un canal par rapport à l’autre. Le rapport du signal parasite au signal d’origine, que l’on mesure en décibels, donne le taux de diaphonie.

audiophilefr

Sachez que cette valeur exprimée en dB, doit être la plus haute.

 

  • Réponse en fréquence

Exprimée en Hz, capacité d'un casque dans sa restitution des hautes et basses fréquences. Les modèles les plus performants peuvent descendre à moins de 15 Hz, les infra-bass, que seul un casson est à même de produire et monter vers les 30000 Hz et sûrement plus.

 

  • La distorsion harmonique

C'est la capacité à déformer le moins possible le signal. Ce taux doit être le plus faible.

 

  • Le bon choix

Le plus important est avant tout l'appareil où il sera connecté, en d'autres mots l'appareil qui va le driver. Pour être sûr d'effectuer le couple casque ampli, casque smartphone... parfait, il est primordial de se renseigner, de lire la doc de votre appareil. Normalement, tout doit y être indiqué.

 

  • Les casques USB ou Jack

Tout ce que vous venez de lire est aussi valable pour un casque à connectique USB, qui par ailleurs est l'avenir et finira par prendre le pas sur la connectique Jack, que de plus en plus de constructeurs la suppriment sur les derniers modèles de smartphone au profit de l'USB ou Bluetooth. Ici c'est bien le casque qui va décoder l'audio grâce à leur DAC intégré. Un élément à prendre en considération, qui a tout son importance. Cette connectique est des plus pratiques lorsque l'on souhaite connecter un micro-casque à son pc. Et oui, même dans l'univers de l'informatique rien n'est moins sûr sur la pérennité de la bonne veille prise Jack tant adulé en hi-fi, mais pour combien de temps ?

 

  • Le confort

Pour moi, élément primordial à prendre en compte, si ce n'est le principal. Tous les casques ne se valent pas. Certains sont très astucieux comme SteelSeries Siberia v1 Gaming avec un système par ressort qui s'adapte parfaitement bien quelle que soit votre tête, d'autres par crans, moins pratique. S'il n'est pas adapté à la morphologie de votre tête, il finira vite remisé ou revendu. Dommage quand on a économisé pour un modèle onéreux. Le confort passe également par la qualité des coussinets, leur forme, les matériaux utilisés. Il faut bien le reconnaître, que beaucoup de modèles sont mal conçus.

 

  • Smartphone

Casque de 32 Ω avec une sensibilité autour des 100 dB. On peut se permettre un modèle à 60 Ω à condition que celui-ci soit sensible, + de 100 dB. Autrement, vous n'allez rien entendre. Bien souvent, sauf modèles estampillé Hi-res, n'ont pas d'amplification casque. Aussi, la prise est donc limitée en volume.

 

  • Baladeur numérique

Normalement, aucun problème. Tous les modèles passent. Bien évidemment, on oublie les baladeurs dans la même veine que ceux de la marque à la pomme. On évite les modèles de casques gourmands, à grosse impédance pour préserver autonomie. 100 Ω est bien suffisant.

 

  • Ampli, DAC et carte son

Ampli : on se réfère à la doc pour être raccord. Pour exemple, mon Ampli home cinéma, Yamaha RX-V567, accepte un casque allant jusqu'à 400 Ω et une tension de 100 mV en sortie Jack. Le choix d'un casque ne sera pas un casse-tête.

Le cas du DAC ou de la carte son, qui n'est qu'un DAC sans boîtier, ont souvent plus de possibilité suivent la gamme de celui-ci ou de celle-ci en intégrant l'amplification nécessaire.

Tout le monde n'a pas d’ampli ou de DAC et se contente de la carte son intégrée à sa carte mère. Deux cas de figure : non estampillé Hi-res, présente sur toutes les cartes mères entrées ainsi que la plupart des moyennes gammes et celles qui offre une partie audio séparé du reste de la carte mère, généralement le haut de gamme.

l'entrée ou moyenne gamme, un  casque 32 Ω est vivement recommandé. Pour une carte mère haut de gamme comme la Msi z170a gaming pro qui contient 2 amplificateurs pour casques est parée pour la majorité des casques vendu dans le commerce.

 

  • Au final ?

Si l'on se réfère aux seules caractéristiques techniques, tous les casques se ressemblent. Il y a un point que ne sera pas dire les specs, le rendu est-il adapté à votre écoute, style de musique (casque neutre, avec basses, de bons médium pour de belles voies...), à l'appareil qui pilotera votre casque. L'idéal est encore de tester par soit même en boutique ou de lire l'un des innombrables tests qui donne systématiquement, en plus de la restitution sonore, le timbre qu'aura le casque.

 

Pour toutes interrogations ou suggestions, les commentaires son là. J'y répondrai avec plaisir.

Rédigé par pciste

Publié dans #Audio, #Audiophile, #Périphériques, #Casques

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article