Un Nas, c'est quoi ?

Publié le 23 Novembre 2020

Un NAS (Network-attached storage), n'est autre qu'un serveur dédié au stockage de fichiers en réseaux pour pourvoir être accessible depuis n'importe quels appareils pouvant se connecter sur un réseau. Il se compose comme tous les ordinateurs classiques.

 

  • Deux types distincts

On retrouve ceux de grandes marques comme Synology. Ils ont pour avantages d'être clé en main avec une solution logicielle de sauvegarde des données, gestion depuis un smartphone, etc. On les choisit en fonction du nombre d'emplacements de périphériques de stockage, généralement disque dur, que l'on nomme baies. NAS 2, 4... baies, pour 2, 4 emplacements. L'autre avantage, est leur accessibilité aux néophytes, avec un soin tout particulier dans le système d'exploitation préinstallé par le fabricant. Son avantage en fait aussi son défaut, car bien souvent, qui dit propriétaire, dit support réduit à quelques années tout au plus en ce qui concerne les mises à jour.

La deuxième catégorie, les NAS custom, ceux que l'on monte soit même avec des composants choisis sur-mesures. Leurs avantages, une personnalisation à outrance étant donné qu'ils se basent tous sur un noyau Linux ou Unix. Ils sont également plus versatiles, serveur de fichiers, média center pour la lecture de musique et vidéos, serveur mail, etc. Bien qu'un modèle d'une grande marque, offre plus ou soins les mêmes fonctionnalités.

 

  • Bien choisir son NAS

On le choisit en fonction de ses besoins, stockage, multimédia, sa connectique, nombre de baies, sa consommation réduite, si vous avez dans l’idée de le laisser allumé en permanence. En même temps, un NAS doit être accessible en permanence notamment pour s'assurer que la sauvegarde programmée, une fois par semaine, tous les jours..., sera parfaitement exécutée. Sa consommation est de l'ordre de 20-30 W pour un modèle de marque, un peu plus pour un modèle monté soit même.

 

  • Le stockage

Un Nas est avant tout un serveur de stockage partagé sur le réseau et sécurisé, en cas de panne de votre ordinateur. La plus courante, la mort subite de votre disque dur, ou qui se meurt doucement, avec son lot de secteurs défectueux, instables... Pour correctement sécuriser vos données, on part du principe de multiplier le nombre de périphériques de stockage, au minimum 2 pour un seul espace de stockage, nommé le RAID (pas les forces spéciales de la police 😉😂). Pour savoir ce qu'est un système RAID, voici le lien pour en apprendre plus sur le sujet.

Du coup, RAID matériel ou logiciel ? C'est une évidence, le RAID logiciel de préférence avec sa souplesse, sa facilité de mise en place. En revanche, pour vous garder captif, il y a fort à parier qu'un NAS constructeur, utilise une solution propre qui sera probablement incompatible en cas de changement pour modèle d'une marque concurrente. Le plus simple est encore de se renseigner sur les forums, de lire sa documentation pour être fixé.

Qui dit serveur, dit fonctionnement en permanence. Si pour un particulier, cela n'a pas une grande importance de l'éteindre en cas de panne d'un des supports de stockage, pour une entreprise, c'est tout autre, où l'accessibilité est vital. Pour pouvoir réaliser cette tâche sans l'éteindre, le hotplug (branchement à chaud) est nécessaire. On évite tous risques d’endommager électriquement son NAS.

 

  • Ses possibilités réseaux

Si vous avez correctement lu le début de cet article 😉, un NAS étant accessible sur le réseau, on le connecte exclusivement par Ethernet, avec trois normes, le 1 Gbps, 2.5 Gbps, 10 Gbps, soit 1.25 Go/s théorique. Dans la mesure qui peut le plus, peut le moins, si vous avez le budget, le 10 Gbps est la norme la plus recommandée.

On peut évidemment se contenter de moins étant donné la rareté des équipements le prenant en charge. Pour obtenir le débit max théorique, toute la chaîne doit obligatoirement être compatible avec cette norme, Wifi compris (min WIFI 6 ou ax). Dans les faits la plupart des Box ou clé Wifi n'offrent au mieux que la norme n ou ac pour les derniers modèles comme la freebox Pop, norme ac ou 5 avec la nouvelle nomenclature.

Normalement un NAS ne doit jamais avoir accès à Internet pour une question d'intégrité des données stockées. De temps en temps, pour une raison ou une autre, il peut être nécessaire d'y accéder à distance. Pour cela, on utilise le protocole FTP ou FTPS, pour sécuriser, via le port 21, celui par défaut. C'est également une nécessité pour effectuer les mises à jour de celui-ci.

Autre point qui va indéniablement ralentir les taux de transfert, les disques durs, qui sont le goulot d'étranglement. Au mieux dans les 180 Mo/s de transfert, dans la moyenne 100 Mo/s, suivent ses performances 5400, 7200 Tmp, la taille des fichiers...

Finalement, le 2.5 Gbps est largement suffisant d'autant plus que certains modèles ont la capacité d'évolution vers le 10 Gbps via une carte d’extension vendue séparément, si le besoin se fait sentir.

 

  • Sa connectique

Deux sont dispensables, le HDMI et l'USB, utile pour un usage multimédia appelé média center. Le port HDMI pour le relier directement à votre TV ou un moniteur. Vous pouvez vous contenter de la génération 2.0 qui permet de lire des vidéos jusqu'à la définition 4096 x 2160 à 60 Hz et HDR. Si votre TV n'est compatible qu'avec la norme 1.4, la rétrocompatibilité s'adaptera à la norme la moins rapide, le 1.4, vous limitant à seulement 4096 x 2160 à 24 Hz ou 30 en UHD. Pour du stockage On peut parfaitement se passer de connectiques, car l'administration se fait par le biais d'une interface Web accessible via un navigateur internet. En l'entrant l'adresse IP fournit ou celle créé dans le cas du NAS monté soi-même.

 

  • NAS custum (fait maison)

Un NAS monté par ses soins, n'est rien d'autre qu'un ordinateur tout ce qu'il y a de plus classique. Il est relativement économique en recyclant d'anciens composants et modulable. Son gros avantage, les pièces que l'on choisit avec soin, permet de multiples possibilités, de la simple sauvegarde en réseaux, à la plus complexe, comme un serveur de virtualisation ou encore en serveur multimédia audio/vidéo qui demandent plus de puissance.

Si recycler de vieux composant est dans l'absolu, une bonne solution, un élément est à prendre en compte, la quantité de stockage nécessaire. Suivant l'âge du matériel choisis, vous serez limité. Cela dépend de la génération du Bios de la carte mère (Bios ou UEFI).

 

Avec Bios

Carte mère avant 2010-2012

 

Avec UEFI

Carte mère récente

Comment connaître la génération du Bios de sa carte mère ? Deux méthodes :

  • En se rendant dans le bios, touches pour y accéder, suppr (dell), F2, F8...., au démarrage de l'ordinateur en tapotant sur l'une des touches.

  • Le plus simple en se référant dans le manuel papier ou en pdf trouvable sur le site constructeur.

Si vous avez, plus ou moins, la première des interfaces, vous êtes en présence d'un Bios. Si ce n'est pas le cas, de lUEFI.

Comme je l'ai dit, seuls les Bios sont limités en espace de stockage dont le maximum est de 2,2 To (2 Tio), soit un disque dur ou SSD de 2 To. C'est là qu'est la limite, qui vous obligera à multiplier les supports de stockage. On est aussi limité par le nombre de ports SATA à sa disposition. On peut installer des cartes SATA additionnelles, mais qui sont bien souvent moins stable, un choix à faire. À force de dépenser pour ci ou pour ça, on finit par débourser plus qu'en neuf. Pour outrepasser la limite des 2 To, plusieurs conditions, la première avoir une table des partitions en GPT, et non en MBR, la deuxième, un système d’exploitation récent en 64 bits et enfin, un Bios UEFI. Pour de grosses capacités de stockage, cela va forcément passer par la case achat. Bien entendu, si vous possédez déjà ce matériel, rien à dépenser de plus.

 

  • 2, 4 , 6... Supports de stockage

Cala dépend du nombre de ports disponible sur la carte mère, mais également des emplacements disponibles dans le boîtier. Dans l'idéal, 4 emplacements 3,5", pour le stockage et 2 en 2,5" pour le système d'exploitation, comme le Zalman M1

  • Les bons composants

Comme il doit être en permanence accessible, il est nécessaire que sa consommation soit la plus économe. Dans ce but, privilégier tous composants d'entrées de gramme. Pour du stockage, la puissance importe peu. Carte mère mini-itx, dans les 70-80 €, CPU le moins cher avec une partie graphique intégrée, qui est bien moins énergivore qu'une carte graphique dédiée et 4 Go de RAM, 2 Go suffirait largement. Pour l'alimenter, une alimentation de 300-350 watt, adaptée aux dimensions du boitier. Généralement, 17 cm de longueur pour un boîtier mini-itx. Si vous avez un doute, voici le lien vers l'un des calculateurs d'alimentation. Et enfin le boîtier au format mini-itx pour l'encombrement réduit.

En fin de compte, que choisir ? Je vais vous répondre en normand. Seul vous avez la réponse. Les deux sont bien et ont leurs avantages et inconvénients. Le NAS de marque est à privilégier aux néophytes de l'informatique, ou à tous ceux ne voulant pas se prendre la tête dans l'élaboration, l'installation, la configuration. Autrement, un NAS sur-mesure est préférable en matière de durée de vie, de compatibilité, de personnalisation, etc. On le choisit en fonction de ses besoins.

Rédigé par pciste

Publié dans #NAS, #Sauvegarde, #c'est quoi ?

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article